.Le retard de digitalisation des PME wallonnes

28 mai

C’est indéniable : l’omniprésence du numérique touche désormais tous les secteurs d’activité. Les nouvelles technologies inondent le marché et ont un impact sur tous les métiers. Pourtant, malgré une progression notable ces dernières années, nos PME wallonnes peinent à tirer plein parti des opportunités de l’économie numérique. Pourquoi les PME wallonnes sont-elles frileuses à l’idée de surfer sur la vague de la transformation numérique ? L’Agence du numérique s’est penchée sur la question dans son Baromètre 2018 de maturité numérique.

UN MANQUE DE SENSIBILISATION 

Selon vous, quelle entreprise s’opposerait à sa propre croissance ? Aucune, nous direz-vous. Détrompez-vous, la réponse est : 65%. Oui, 65% des entreprises wallonnes affirment ne pas vouloir accroître leur visibilité en se lançant dans la vente en ligne. Cela revient à freiner la croissance-même de leurs propres activités. Surprenant, n’est-ce pas ? 

Cette tendance à sous-estimer l’importance du digital résulte d’un clair manque de sensibilisation au numérique chez les patrons wallons. Certains pensent à tort que leurs produits ne sont pas compatibles avec l’e-commerce. D’autres sont réticents à l’idée de consentir de nouveaux investissements pour engager du personnel ou former leurs employés au digital. D’autres encore oublient les atouts incontestables des actions « drive-to-store » destinées à attirer un individu ciblé dans votre point de vente physique. Pensez-y, en tant que client, combien de fois avez-vous vérifié la disponibilité d’un article avant de vous rendre en magasin ? 

Dans une économie concurrentielle et digitalisée comme la nôtre, il est indispensable d’être présent et efficace en ligne pour attirer des audiences qualifiées.

UN MANQUE DE FORMATION

Du manque de sensibilisation découle naturellement un manque d’investissement dans la formation au digital. Bien que la transformation digitale soit sur toutes les lèvres et nous concerne tous, elle reste un sujet relativement flou. Les chefs d’entreprise ne sont pas suffisamment formés, ou ne forment pas assez leur équipe, aux enjeux et aux opportunités de la présence en ligne. 

En effet, à peine 10% des entreprises wallonnes ont formé un de leurs employés à une matière liée au numérique. Le manque de compétences en e-business est un réel frein à l’apport certain que représentent les outils digitaux pour nos entreprises locales. Il est donc primordial d’investir en capital technologique et de placer le digital au cœur des stratégies commerciales.

UN MANQUE D’ADAPTATION

L’e-shopping séduit de plus en plus de consommateurs belges. Cette dernière décennie a été marquée par un profond changement des comportements d’achat. On remarque néanmoins que près de la moitié des e-consommateurs belges se tournent vers l’étranger pour commander des produits ou services en ligne. 

Mais pourquoi ce penchant pour le shopping « cross-border » ? Il semble que les Belges ne trouvent pas toujours leur bonheur au plat pays. Les e-commerçants belges éprouvent de nombreuses difficultés à concurrencer les enseignes étrangères et à répondre aux besoins d’un public de plus en plus connecté.

Et pour cause… À peine 41% des entreprises wallonnes possèdent un site web. Parmi ces 41%, 58% ont pour seul objectif d’informer les clients et ne profitent donc pas des avantages de l’e-commerce. La culture du numérique est aujourd’hui bien ancrée dans les habitudes de consommation. C’est pourquoi il est temps de palier au décalage entre ce que les consommateurs veulent et ce que les vendeurs proposent. Et cela passe par un processus de sensibilisation, de formation et d’adaptation.